Arrêtons de faire culpabiliser les parents ! L’hyperémèse gravidique : normal voyons !

Et hop, à peine la naissance de votre enfant, voilà les premières culpabilités qui arrivent ! De vous ? Non, bien sûr que non, de votre entourage plutôt, de la société, du système ! Ah, vous pensiez que c’était qu’à partir de la naissance ? Mais non, voyons : petit flash back de ce que nous avons vécu pour notre second enfant (bibihey). Arrêtons de faire culpabiliser les parents !

Ca en devient vite insupportable, non ? Alors oui c’est sûr les parents doivent apprendre à prendre du recul, c’est sûr. A force d’avoir des enfants, ils doivent commencer à savoir trier le bon grain de l’ivraie.

Et pourtant, tenez, quand vous lisez : Eléphant, à quoi pensez-vous ? J’imagine à un éléphant, non ?  Alors imaginez que l’on vous dise tous les jours que vous êtes de mauvais parents, que vous devez penser à ceci, à cela, qu’il faut faire ceci, ou cela …. A force, on y pense, malgré nous …(c’est comme quand on dit à un enfant qu’il est timide, à force il le deviendra).

Alors, par où commencer ? Ah oui : L’hyperémèse gravidique.

L’hyperémèse gravidique : voyons c’est normal de vomir !

Ah la fameuse … nausée de début de grossesse.
C’est normal, voyons d’être malade en début de grossesse.

Hmm, déjà, on s’arrête .. c’est normal ? Non non, ce n’est pas normal. Toutes les femmes ne se sentent pas nauséeuses en début de grossesse.
Bon, mettons que c’est ok, on va partir de ce principe.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  9 compétences clefs des parents pour l'entreprise

Alors que dire quand sa femme commence à vomir tous les jours, toutes les heures ? C’est normal ?
A priori, je dirai non ! Mais vous, vous en pensez quoi ?

Et bien figurez-vous que dans certains hôpitaux, certaines maternités : c’est normal ! Oui, oui, normal de vomir à longueur de temps, jusqu’à :

  • devenir faible et ne plus pouvoir se déplacer normalement
  • perdre plus de 10% de son poids initial

Et quand, une fois le 18 appelé (oui, car on n’est pas fou non plus, si on écoutait les médecins tout le temps, où en serions-nous ?!), on vous dit d’emmener votre femme le plus rapidement pour être hospitalisé, on se croit dans la maison des fous.

Arrivés là-bas, on vous dit que c’est banal de vomir comme ça, que madame n’a pas tout essayé (en gros, c’est un peu de la mauvaise foi de madame, voyons !).

Et là, le moral il est comment à votre avis ?!

Heureusement, dieu bénisse le Zophren ! Il a sauvé notre enfant, et la maman par la même occasion.

Mais attention, vous êtes prêt-e ? Une fois les trois jours à l’hôpital pour se refaire une “petite” santé (Zophren durant les trois jours). Madame sort … sans Zophren. Ben oui, voyons madame, ça va mieux, donc vous pouvez repartir !
Vous avez trouvé vous aussi le problème ? Bien sûr que ça allait mieux, puisque madame était sous Zophren !

Donc madame devrait aller mieux, après ces trois vulgaires petits jours !
Où va-t-on !

S’écouter, et se battre

Alors, si ça vous arrive, (ou à votre femme); si les vomissements sont présents : ce n’est pas normal ! Surtout s’ils s’intensifient !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment atténuer ses peurs de parent entrepreneur - Peur d'être un mauvais parent

Et il existe des solutions !

Bien entendu tentez :

  • le jus de citron
  • ne pas trop manger d’un seul coup, mais plus par petite portion
  • le spasfon
  • les anti-vomitifs autorisés durant la grossesse
  • ne pas se lever direct, mais attendre un peu

Mais si ça vous empêche de travailler toute la journée, si vous passez votre vie aux toilettes, et donc que votre entreprise en prend un violent coup :

  • surtout ne désespérez pas : il existe au moins un solution : le Zophren

Ecoutez-vous, n‘écoutez pas les mauvaises personnes !
Si vous voulez garder votre bébé, avoir le moral, et ne pas tomber dans un précipice, digne des enfers, insistez, et on vous aidera !

Notre second enfant est né grâce au Zophren ! Bien sûr, on ne connaît pas les effets à long terme, mais pour l’instant, le seul effet que l’on voit : c’est qu’il est en vie ! (nous avions pensé à l’avortement, tellement c’était dur à tenir !)

N’écoutez que vous, et que les personnes qui accompagnent votre projet, quelque il soit !

 

 

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    107
    Partages
  • 107
  •  
  •  

6 commentaires sur “Arrêtons de faire culpabiliser les parents ! L’hyperémèse gravidique : normal voyons !

  1. Coucou Evan 🙂

    tout d’abord, je tiens à vous féliciter pour le courage que vous avez eus durant la grossesse de ton épouse.

    Évidemment que non ce n’est pas normal d’avoir des nausées et vomissements en début de grossesse. Je n’en ai pas eu du tout pour ma seconde grossesse. Et là on m’a dit : “ah mais c’est normal c’est un garçon, y’a que pour les filles qu’on vomit!” Moi : “… mouais…”.
    Ce n’est même pas normal d’être fatiguée en fait. Rien ne l’est. Parfois ça arrive, parfois pas…
    Et puis, vous avez bien vu que quelque chose n’allait pas. C’est quand même dingue de ne pas être écouté à ce point, d’être étonné à ce point que vous ne soyez pas allé plus tôt à l’hôpital (ben oui c’était normal alors pourquoi y aller?) et de se faire jeter comme ça sans filets ensuite…

    Des fois, on marche sur la tête!

    Je suis tout-à-fait contre les médicaments, mais, comme tu le dis, sans ça, ton enfant ne serait pas là. Et quelle souffrance épargnée!
    J’ai perdu 4 kilos au début de ma première grossesse et déjà je me sentais faible (et j’ai des réserves, lol), alors je n’imagine pas ce que ça a du être, là :/

    Merci pour cet article qui remet les choses en place 🙂

    Natacha

    1. bonjour Natacha

      Je te remercie pour ce retour et ton partage d’expérience.
      Je vois que tu as vécu toi aussi les culpabiliphrases !

      Elles en deviennent presque risible à force … à force !
      Si elles ne nous ont pas rongé de l’intérieur avant !

      Aller courage, on va arriver à être parent … comme on le sent 🙂
      Evan

  2. Bonjour!
    En effet c’est incroyable l’indifférence avec laquelle le corps médical traite ce problème. J’ai une connaissance qui a souffert la même chose lors de sa première grossesse de jumeaux. L’horreur…
    L’ignorance est terrible.
    Heureusement il y a eu l’Association de lutte contre l’Hyperémèse Gravidique qui l’a informée. Mais pas tout le monde la connais…
    Et là on parle d’une maladie, mais la culpabilisation est là tout le temps…
    L’after grossesse est pas mal: les pédiatres qui trouvent toujours quelque chose pour nous faire culpabiliser: si le bébé a des coliques ce qu’on mange quand on l’allaite, si on ne l’allaite pas, parce qu’on ne l’allaite pas.
    Si le bébé a bien grossi pendant la grossesse, parce ce qu’il a bien grossi, s’il n’a pas bien grossi, parce qu’il n’a pas bien grossi.
    Et j’en passe.
    Bien sûr que ce n’est pas normal de vomir ainsi! J’ai eu la chance de ne pas vomir ni avec ma fille, ni avec mon garçon.
    Mais j’ai ressenti le pire blues… pour les deux grossesses. Et ça, c’était évidemment normal pour les médecins, qui n’en avaient rien à faire, pour ceux qui m’entouraient ce n’était pas normal par contre. C’était mal. Comment osais-je me sentir comme ça? Comme si je contrôlais ce ressenti… Comme si j’en avais envie…
    Heureusement j’ai connu le Neurofeedback… le seul truc qui m’a sorti de ma nébuleuse noire…
    Merci énormément pour le partage! Bravo pour le courage! Le plus on en parle, le plus de personnes sera au courant, et peut être qu’un jour le corps médical fera enfin attention aux femmes enceintes qui soufrent de l’Hyperémèse Gravidique. Peut être même qu’on trouvera des traitements adéquats, étudiés, etc, etc…

    1. Bonjour

      Un grand merci pour votre commentaire !
      Je ne connaissais même pas l’association : je vais aller voir ça : merci pour toutes les femmes qui ont connu, qui connaissent cette situation.

      Le baby blues (en fait la depression) est horrible : quand j’ai vu dans quel état était (et est encore) ma femme : je suis très troublé.
      Savoir l’accompagner dans ces moments là, trouver de l’aide, être humble ne s’apprend pas facilement .. le vivre est une épreuve.
      Avant tout, évidemment, pour vous les femmes, et pour nous les hommes. Je ne me plainds pas, je cherche au contraire à trouver les moyen d’accompagner au mieux ma femme.

  3. Je tombe sur votre vécu et que dire pffff les gynécologues ne comprennent pas tous la gravité de cette pathologie. il existe une association c’est : 9 mois avec ma bassine , qui ma apporté bcp de soutient !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *