Comment tout a commencé – Entreprise et famille, qui choisir ?

Tu as une entreprise qui te demande une énergie de dingue, et tu décides de faire un enfant, tu trouves ça comment ? Risqué, insensé ?

Tu remarques que l’éducation que tu as reçu ne correspond pas à tes valeurs et à celles que tu souhaites transmettre à tes enfants ?

 

Ça a été mon cas, je t’en parle dans cet article.

papa et patron debut de ma nouvelle entreprise

2009, fin de mon aventure salarié.
Je décide de sauter le pas : je me mets à mon compte.

Démarre alors une entreprise qui allait durer presque 8 ans (7 ans et 8 mois).

Découverte de l’entrepreneuriat

Avec de belles expériences dans la gestion d’équipe (agile, avec SCRUM), avec une expérience enrichissante avec les clients, je me sens en total confiance.

Et j’en avais terriblement envie !

Je me lance, me voilà enfin … à mon compte !

Préparer les devis, gérer demandes entrantes, gérer le relationnel client, produire, … tout s’enchaîne à une vitesse !

Et là, je commence à sentir que je me suis embarqué dans une aventure qui allait me prendre du temps … beaucoup de temps !

Work addiction

Déjà qu’en tant que salarié, je travaillais .. trop.  Là, je découvre la passion de l’entreprise, et le travail qui colle à la peau.

Je suis persévérant, alors j’y vais à fond.

Du travail du travail, toujours du travail, pour y arriver, pour faire décoller cette entreprise, qui s’appelle NETil.

Ca va bien finir par payer, non ?!

D’une passion, c’est devenu une vraie addiction.

work addiction

La nuit, mon amie depuis très longtemps

Me voilà à travailler nuit et jour.

Me voilà à travailler très tôt le matin, très tard le soir.

Les nuits étaient courtes !

Et pourtant je tenais le coup !

J’ai la chance d’avoir une conjointe qui me supporte dans mes succès, mais aussi dans mes difficultés.

Et là, je commence à découvrir les limites du boulot boulot dodo : j’en oubliais ma femme, tellement focalisé sur la réussite de mon entreprise.

Un client qui arrive au bon moment

2012, c’est l’année de transition, l’année où tout décolle.
Je signe un contrat qui allait amener ma société vers la croissance !

Et quelle croissance !

J’étais câblé sur la réussite, je voulais tout donner. Et ça fonctionnait : mon entreprise était en croissance.

Enfin !

4 années de belle prospérité allaient suivre !

Un événement, une révélation

2013 arrive, et nous décidons d’avoir un enfant.

Grande révélation de ma vie, je découvre ma vraie passion : mon enfant !

ma plus grande passion mon enfant

Et c’est là que les premières grandes questions sont arrivées :

comment allais-je gérer mon entreprise, et être présent en tant que père ?

comment réussir à travailler alors qu’on est fatigué ? très fatigué ?

Quand on est patron,  d’une entreprise de 14 personnes,  on se doit d’être présent pour ses équipes.

Mais, le temps que je donnais à mon entreprise, je ne le donnais pas à mon enfant …

Prise de conscience

Ce fut une véritable prise de conscience : mon entreprise me prenait trop de temps, et je n’arrivais pas à me sortir de cette prison que j’avais créée.

Deuxième constat : l’éducation que j’avais reçue m’empêchait :

  • d’être le bon père que je souhaitais être
  • de permettre à mon entreprise de croître encore plus

Une éducation trop autoritaire

Quand ton enfant commence à réagir avec force, en criant, en pleurant, lorsque tu reproduis des schémas que tes parents t’ont transmis (et que tu t’étais juré de ne jamais faire),

enfant triste education negative

Tu te dis qu’il est temps de changer de méthode.

Mon instinct me disait que l’éducation que je donnais n’était pas bonne, je voulais changer ça !

A la découverte de l’éducation positive

J’ai alors senti en moi des changements, aidés, propulsés par l’instinct de ma femme, et ses lectures du moment.

Par ailleurs, je découvrais aussi une volonté forte chez moi d’amener mon entreprise à devenir participative, et non simplement patriarcale.

Je suis alors devenu, ces deux dernières années, un découvreur de cette nouvelle forme d’éducation : l’éducation positive.

Et j’ai tout de suite vu les bienfaits qu’elle apportait à ma fille.
Çà  a été une révélation !

Certes étant débutant, je commets des erreurs . Et c’est ça que j’aime aussi : il n’y a pas de jugement, la seule volonté c’est d’apprendre à être mieux, à être responsable de soi-même.
C’est l’esprit Kaizen que j’ai toujours mis en avant dans mon entreprise.

Et depuis, j’apprends tous les jours, sur cette éducation, cadrée, bienveillante, et pleine de joie pour nos enfants !

Ça a fait tilt !

On entend souvent parler de l’entreprise libérée, participative.
J’avais donc commencé à la mettre en place dans mon entreprise, petit à petit.

Et avec la découverte de l’éducation positive,
ça a fait tilt ! Quelle étrange ressemblance, non ?

Je me suis dit :  avec ce que j’ai vécu dans mon entreprise, avec l’arrivée de mon enfant qui a chamboulé ma vie, ça devenait une évidence.

Continuer à apprendre sur l’éducation positive.

Et trouver les clefs qui permettront, à toi, patron  ou futur patron , de réussir ta vie d’entrepreneur et celle de papa !

Pour que nos familles soient épanouies, nos entreprises réussies !

Ce blog, conçu par un papa et patron, suivant la formation d’Olivier Roland, est donc là pour toi patron qui est papa !

Je suis convaincu que l’éducation et le management positif sont les clefs pour être épanoui dans nos deux vies : celle de papa, et celle de patron !

enfants epanouis entreprise reussie

Il me reste encore un défi à réaliser, après la mise en place de ce blog et le changement d’éducation : celui d’interviewer les 12 plus grands patrons de France qui sont papa.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 réponses sur “Comment tout a commencé – Entreprise et famille, qui choisir ?”

  1. Article très émouvant. Patron et papa, cela doit être difficile à gérer au niveau du temps. Je me demande si ce n’est pas un peu le problème de toute personne investie dans son travail …
    La précision éducation bienveillante, dans la joie ET cadrée est importante. Je pense que la bienveillance sans limites peut amener de l’insécurité chez l’enfant : papa, maman me laissent tout faire mais … qu’arrivera-t-il quand je vais traverser la rue sans regarder ? Ils ne me retiendront pas ?
    Beau défi que je suivrai.

  2. Même sans être patron, mais en travaillant beaucoup, c’est déjà difficile de bien gérer les enfants le soir.

    Bonne chance pour ton défi, tu as mis la barre très haute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *