coup de gueule faut bien vivre avecson temps

Coup de gueule : faut bien vivre avec son temps

Voilà quelques temps, j’écrivais mon premier coup de gueule : non mon enfant n’est pas timide. Revoilà la suite des coups de gueule. Et cette fois-ci, je m’attaque à la phrase : faut bien vivre avec son temps !

Une soirée entre amis, des connaissances ont été invitées. Vous présentez vos enfants, la soirée avance tranquillement. Arrivent les cafés, et vous discutez des règles établies chez vous : pas de télé la semaine, et le weekend, c’est 30 minutes max sur les deux jours.

Et là, réaction d’une des deux connaissances : houla, pourquoi tu te compliques la vie. Maintenant la télé, tout le monde la regarde, faut bien vivre avec son temps !

Voyons ensemble pourquoi cette phrase c’est du grand n’importe quoi.

Faut bien vivre avec son temps, la télé déesse de nos pensées

Oui, c’est vrai, aujourd’hui, la télé est omniprésente. C’est bien simple, c’est le passe-temps favori des français : 4 heures par jour.

4 heures où :

  • la publicité nous rabâche d’acheter encore et toujours plus.
  • nos enfants apprennent comment la femme est, selon notre société (machisme, objet sexuel, soumission, …)
  • nous perdons notre temps, nous ne communiquons plus en famille

Alors oui, certaines chaînes sont faites pour apprendre, elles sont éducatives. Mais croyez-vous réellement que vos enfants vont aller regarder en premier ce type d’émission ?

Faut bien vivre avec son temps, et laisser nos enfants se gaver de Gulli.
Comme ça, une fois en magasin, nos enfants que voudront-ils ? Les jouets des pubs de Gulli !

Si ça s’arrêtait là ?! Non, avec les JTs dépressifs, le moral est toujours au beau fixe, n’est-ce pas ?
Tout va toujours mal sur les chaînes d’info : recherche du désastre, de la polémique, des catastrophes

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Améliorer sa vie de famille : vive l'approche agile !

Et c’est dans ce monde-là que je dois obligatoirement laisser mes enfants ?
Je dis non, et surtout pas durant les premières années de sa vie.

Plus ils grandiront, plus ils seront maître de leur vie, c’est sûr.
Mais l’éducation, notre rôle de parent, n’est-ce pas de leur apprendre à équilibrer, mesurer, maîtriser plutôt que laisser aller ?

la tele une addiction
Photo by Frank Okay on Unsplash

Les smartphones, tout le monde en a

C’est mon sujet préféré !
A chaque fois que je parle du téléphone portable, et des dangers pour nos enfants, j’ai toujours la même réponse :

Evan, faut vivre avec ton temps, tous les jeunes en ont un maintenant tu sais (OK, mais à 10 ans, tout de même …).
Tu verras quand tes enfants seront adolescents (oui, c’est vrai je vais me faire manger, dépasser par mes enfants … encore ce satané tu peux pas comprendre, ils sont trop jeunes).

Et bien oui, je verrai : ce ne sera pas à 10 ans que mes enfants auront un téléphone portable !
(J’espère bien prouver que je resterai intègre : rendez-vous dans 6 ans !)

Quand on voit l’accès à toutes les horreurs que véhiculent Internet, il y a de quoi bien réfléchir :

  • la pornographie est en libre service
  • les pervers (pédophiles, …) ne sont jamais loin
  • les réseaux sociaux détruisent nos compétences, notre confiance en nous

Donc non, il y a moyen de vivre dans le temps d’aujourd’hui, d’aimer le progrès et de refuser les téléphones portables à nos pré-adolescents.

Tiens en revenant aux arguments, quand je continue avec “avant, on savait s’en sortir sans téléphone portable”.
Vous savez ce que l’on me répond : tu sais le monde a changé maintenant. Il est plus dangereux.

le telephone un danger
Photo by Jacob Ufkes on Unsplash

Le monde va mal, faisons souffrir nos enfants

Et c’est vrai qu’on a bien cette impression.

Alors allons-y, il faut élever nos enfants à la dure !  Regarde aujourd’hui, la période des enfants roi ce que ça a donné : je ne veux plus ça, pouvez-vous entendre autour de vous.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment le jeu m'a permis d'avoir plus de temps pour travailler

Alors oui, vivons avec notre temps : acceptons ces horreurs que sont les attentats sans lever le petit doigt (à part durant les cérémonies).

Enseignons à nos enfants à se cacher sous les tables, non pas pour se protéger des séismes,  non non .. pour se protéger des terroristes !

Faut bien vivre avec son temps, vous êtes sûr-e ?

Non je ne crois pas ! Si on accepte ça, on accepte que rien ne change, que le mauvais gagnera toujours (oui ok, c’est une vision très manichéenne, c’est pour l’exemple).

Alors, je dis non, je dis non à cette maudite phrase !

Je préfère croire qu’on a un rôle à jouer, nous les parents pour amener plus de positifs dans ce monde :

  • apprendre à nos enfants à être bienveillant
  • permettre à nos enfants de créer un monde meilleur
  • leur donner les clefs pour mieux communiquer
  • ouvrir les portes d’un esprit zen, d’être calme
  • leur faire accepter leurs émotions, pour mieux les canaliser

Vive la fessée

Finissons ce coup de gueule par la fessée.

Même si on voit des avancées, elles restent encore faibles, et l’Etat nous l’a encore rappelé voici quelques temps : il ne veut pas légiférer contre la fessée.

OK, est-ce à l’Etat ou non de décider de ça : je vous laisse décider.

Ce n’est pas pour autant qu’il faut vivre avec son temps et accepter une petite fessée de rien du tout : ça n’a jamais fait mal voyons. J’en ai eu et tu vois je ne suis pas mort pour autant.

Ah oui, donc, continuons à perpétuer ces petites souffrances à nos enfants, au moins, en vivons avec notre temps, qui ne veut pas changer, on est sûr que rien ne changera.

Et si on essayait plutôt de bousculer l’ordre établi, et de montrer à nos enfants que nous sommes plus forts que nos vieux démons ? Rien que pour le plaisir de savoir que lorsqu’ils seront parents, leurs enfants (vos petits enfants) souffriront (au moins un peu) moins.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Mes 3 grandes peurs, moi, parent entrepreneur

Aller chiche, on essaye ?

espoir
Photo by Evan Kirby on Unsplash

Se cacher derrière la phrase faut bien vivre avec son temps

(Ce coup de gueule, vous l’aurez compris est assez acerbe, et c’est voulu, j’assume ce que j’ai écrit.)

Je pense que lorsqu’une personne prononce cette phrase “Faut bien vivre avec son temps”, elle montre :

  • son incapacité à tout gérer
  • sa peur de ce changement qu’elle ne maîtrise pas
  • sa souffrance de ne pas réussir à s’améliorer, à poser des limites, à se différencier, à prendre parti.

Et je peux la comprendre, oh que oui je la comprends : bien des changements de notre temps nous font peur.
J’ai par exemple une trouille bleue de l’impact des réseaux sociaux sur la confiance qu’auront mes enfants en eux-mêmes.

Alors oui, certains me diront : tu recules pour mieux sauter. Et ils ont raison.
Pourtant, je reste convaincu qu’il y a un âge pour tout. Et ce n’est pas à 10 ans qu’un enfant (oui un enfant, pas un pré-adolescent) a tout le recul nécessaire que nous parents avons (enfin, devrait avoir … quand on voit à quel point nous devenons addict, et coupés du reste du monde quand on est sur notre téléphone).

 


Et vous, vous utilisez souvent cette phrase ? Vous en pensez quoi ? Vous arrivez à poser des limites à vos enfants, à vous-même ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  

4 commentaires sur “Coup de gueule : faut bien vivre avec son temps

  1. Un coup de gueule qui fait réfléchir en effet. Je suis toutefois plutôt d’accord avec toi, particulièrement sur le côté TV, smartphone etc.
    Oui nos enfants que l’on veut faire grandir trop vite, nos enfants que l’on veut mettre dans un monde d’adultes que nous même ne maîtrisons pas, ne comprenons pas…

  2. ça c’est du coup de gueule Evan !
    Je te rejoins totalement sur les écrans et les téléphones !
    Laissons le temps à nos enfants de grandir, laissons leur le temps de savourer ces belles années de leur enfance qui devraient toujours rimer avec insouciance.
    Je vis avec mon temps !!! Mon temps est en réalité un temps qui bouge, qui change, qui évolue et je souhaite donc participer à cette mutation qui est en marche.
    Ne restons pas figé, englué dans de vieux schémas par peur du changement, de l’inconnu. On peut faire mieux que nos parents, non pas qu’ils aient étés incompétents, mais simplement parce qu’aujourd’hui nous avons la chance d’être INFORMES…
    Merci à toi Evan, de faire partie des gens qui se bougent

    1. Bonjour Caroline

      Je te remercie pour ton message !
      Oui, nous avons cette chance d’être informés, et donc de nous former.
      Ne plus se cacher derrière de fausses idées.

      Avec plaisir, et oui, il faut se bouger 🙂
      Petit à petit nous allons y arriver !

      Au plaisir
      Evan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *