et si un livre pouvait tout changer - victor et tim

Victor et Tim – Non la femme n’est pas une récompense

A l’heure du buzz sur le hashtag balancetonporc et du site lié, il faut se demander quelle est la place de l’homme et de la femme dans notre société. Il faut alors s’assurer d’être en accord entre les actes et les faits.

 

Présentation du livre

Victor et Tim, pour celles et ceux qui ne connaissent pas, sont un ours et une souris, qui sont très amis.
Ils vivent ensemble dans une maison douillette, et ont des amis, comme Victoria (leur voisine).

Ils aiment voyager, visiter la jungle, la savane, …

Et aussi faire la course à vélo. Dans le livre, Victor et la course à vélo, on y découvre un Tim qui se fait bousculer (et qui se fait mal), par un chien qui déboule à toute vitesse en vélo, Dolf.
Ce chien se croit le meilleur, et ne souhaite même pas s’excuser d’avoir fait mal à Tim.

Tim, en colère, sans demander l’avis à son ami, lance à Dolf, par vengeance, un défi : Victor gagnera la course à vélo contre Dolf.
(Déjà, ici, je n’apprécie pas trop cette idée de montrer qu’on peut décider pour les autres, mais .. passons)

Le point qui m’a interpellé

Et là, contre toute attente, Dolf souhaite avoir une récompense.

Tim prend la décision : ça sera un bisous de … Victoria ! Et voilà, le mal est fait.

La femme, récompense de l’homme ?

Je ne souhaite pas jeter du mauvais sur la série Victor et Tim, que j’apprécie vraiment.

Ce que je vois ici, c’est un inconscient collectif : les auteurs ont écrit ça, sans, j’en sûr, penser à mal.
Mais nous avons reçu cette éducation, de nos parents, qui l’ont reçue de leurs grands-parents, etc …

Et dans ce livre, le mal était fait !

La femme, ou le bisous de la femme, est la récompense pour l’homme qui réussit.

Est-ce normal ?

Que ce soit pour un garçon, ou une fille

Quand j’ai tilté sur le message que je transmettais à Choub’, il était trop tard.

Ce livre venait de transmettre à mon enfant que la femme était un objet, une récompense.
Que mon enfant soit un garçon ou une fille (ça vous ne le saurez pas), n’est et ne sera jamais la question.

Je pense que nous avons le devoir d’apprendre à nos enfants à ne plus reproduire ces schémas mentaux :

  • aussi bien pour les garçons : il ne faut plus qu’ils aient cette vision de la femme objet, de la femme récompense
  • et également pour les filles : non, les filles ne sont pas les récompenses, et elles ne sont pas inférieures aux hommes.

Vais-je trop loin ?

On peut se poser la question suivante : vais-je trop loin dans mes pensées.

Après tout, Evan, il ne s’agit ici que d’un livre, qui ne sera lu qu’une ou deux fois, n’est-ce pas ?

La lecture à répétition

Alors si vous pensez ça, c’est que vous n’avez pas encore d’enfant 😀 (je rigole)

Un enfant, ça peut lire un livre de 10 à 10 000 fois !
Alors imaginez ce que la répétition peut faire comme dégâts ?!

On dit bien que la pédagogie est faite à base de répétition, non ?

Je ne souhaite pas répéter ce message à mon enfant autant de fois !

(heureusement, la petite histoire, le making-off dévoilera que maintenant, je travestis l’histoire, avec une récompense : des bonbons, la gloire, le plaisir personnel, … tiens d’ailleurs, pourquoi il faut une récompense, … autre sujet :D)

L’inconscient qui enregistre

A force d’en parler, de laisser passer ce genre de messages, nos enfants vont l’intégrer … petit à petit. J’en suis convaincu.
Ils vont intégrer :

  • que la femme est l’inférieure de l’homme,
  • que la femme doit préparer à manger pour l’homme (blanche neige et les sept nains),
  • le fait qu’un prince charmant va aider une femme à exister (avant elle n’est rien),

A ma question : vais-je trop loin, je répondrai non, et assurément non.

 

Que faire ?

Faut-il arrêter de lire toutes les histoires des premiers Disney ? Faut-il arrêter de lire à nos enfants les histoires de Victor et Tim ou de Blanche neige et les sept nains ?

La réponse n’est ni blanche ni noire, selon moi.

Cela va dépendre :

  • de vos convictions,
  • de votre ressenti,

 

Certaines aventures pourront être lues, sans les travestir, d’autres ne seront plus du tout lues, ou bien d’autre encore seront modifiées …

Enfin modifiées, … ça fonctionne, presque, tant que nos enfants ne savent pas lire …
Après, c’est une tout autre histoire !

 


Et vous, qu’en pensez-vous ? Vous avez fait attention aux messages cachés des livres pour nos enfants ?

 

Partager l'article
  •  
  •  
  • 1
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  •  
    25
    Partages
  • 20
  • 1
  •  
  • 4

10 commentaires sur “Victor et Tim – Non la femme n’est pas une récompense

  1. Salut Evan,
    merci beaucoup pour cet article plein de bon sens 🙂

    Je suis à 100% d’accord avec toi, les messages “cachés” dans les livres mais aussi les films, les images – partout en fait – ne sont pas innocents.

    L’hypersexualisation est un sujet qui me préoccupe énormément dans l’éducation de mon enfant.

    L’autre jour je feuilletais un magazine de jouets donné par la boîte dans laquelle travaille mon mari et qui en offre un aux enfants des employés (ça m’énerve déjà, mais bon, c’est une autre histoire, ça aussi…) et comme notre enfant s’intéresse beaucoup aux poupées en ce moment, j’étais aux pages concernées. Évidemment c’était tout rose mais au milieu de 4 ou 5 petites filles en photo, il y a avait deux petits garçons. l’un tenait une poupée comme s’il la cajolait et l’autre en tenait une en souriant. Là, je me suis dit “tiens, ça évolue quand même!”.

    Pas de petites filles dans les pages “voiture électrique”, ni “panoplies de superhéros”. Une femme forte qui conduit, ou qui sauve le monde, ça n’existe encore pas. C’est trop tôt!

    Natacha

    1. bonjour Natacha

      Je te remercie pour ton commentaire.

      Ca évolue comme tu le fais remarquer, et j’apprécie de voir que tu regardes le verre à moitié plein 🙂
      Je pense qu’il faut aller dans ce sens-là.

      Et pourtant, je remarque que oui, tout n’avance pas aussi vite que l’on souhaite et que l’on est formatté et que l’on formatte inconsciemment nos enfants.
      Il est très dur de lutter contre ça !
      Je me veux un garde-fou pour mes enfants, en faisant tout pour éviter cette hypersexualisation, et ces stéréotypes qui sont encore véhiculés.

      Au plaisir
      Evan

  2. Bonjour Evan,

    Je partage également ton point de vue…
    Tout à l’heure, justement, je suis tombée dans un magasin sur deux livres qui s’adressaient clairement, dans le titre même, l’un aux garçons, l’autre aux filles…

    La question de ce que l’on transmet à ce sujet à nos enfants m’a toujours interrogée…

    Je me demande toujours si mes réactions, mes choix de livres etc seraient les mêmes si ma fille était un garçon.

    Ce qui m’interpelle, c’est que même en étant conscient de tout cela, nous n’avons pas les mêmes attentes quand on s’adresse à un garçon ou à une fille. Par exemple, pour ce qui concerne les maths: on a inconsciemment plus tendance à penser que la réussite en maths d’une fille est liée à son travail, et pour un garçon, à ses capacités. Les jeux des filles sont aussi moins basés sur le côté logique, spatial (ex: elles ont moins de jeux de construction): elles partent déjà avec un handicap (cf le livre “et si elle était surdouée”).

    Je remarque que l’école modifie énormément les choses. Ma fille qui aimait énormément le bleu ne jure plus que par le rose (et le brillant pour les vêtements!), rejette tout ce qui est connoté “garçon” et est actuellement dans une période “histoires de princesses”. Je respecte ses choix mais j’essaie de rester vigilante en tentant de l’ouvrir à d’autres choses: livres sur l’espace, jeux de construction etc…

    Ce n’est pas facile car il faut faire avec ce que l’on transmet inconsciemment, ce que la société nous offre en trouvant un juste milieu (parce qu’il faut s’y intégrer aussi…).

    Pour en revenir aux livres, pour ma part, je ne modifie pas les textes mais j’en parle, je fais mes propres commentaires en “recadrant” ce que je juge nécessaire de “recadrer” en essayant de faire avancer le “débat”: “tu es une fille, mais toi aussi, bien sûr que tu peux…”

    Je pense que je n’ai pas fini de me poser des questions à ce sujet… Merci pour ton article ;-)!

    1. bonjour Emeline

      Je te remercie pour ton commentaire.

      J’ai constaté la même chose : mon enfant a changé depuis qu’il est à l’école, et ça a commencé très vite : quelques mois après la rentrée.
      J’ai été très attristé de cela !
      Nous qui avions combattu toute stigmatisation, toute séparation de genre, de couleur ….

      Je pense que c’est un combat que l’on doit mener si l’on souhaite éviter trop de dégâts sur nos enfants.
      Non un garçon n’est pas nécessairement colérique, avec des envies normales de taper, et d’être agressif
      Non une fille n’est pas nécessairement douce, gentille, et servile face à un garçon

      La traversée est longue, mais on va y arriver j’en suis sûr !

      Au plaisir
      Evan

  3. Merci Evan pour cet article ! Je fais vraiment attention à ce que mes enfants lisent ou regardent. Les enfants sont des éponges. Tous est vecteur d’apprentissages. Ils cherchent à comprendre le monde qui les entoure, les codes sociaux y compris.

  4. Article intéressant avec un sujet sensible !

    Il faut effectivement faire attention aux lecteurs qu’on propose à nos enfants mais surtout leur expliquer le fond des choses si on tombe sur ce genre d’histoires.

    Le parent a la responsabilité d’accompagner son enfant, en lui expliquant nos opinions et en transmettant nos valeurs, l’enfant pourra construire son propre sens de l’autocritique. On ne pourra jamais le protéger à 100% d’oeuvres auquelles on n’adhere, alors autant leur apprendre le discernement 🙂

    1. bonjour Chang

      Je te remercie pour ton commentaire.
      Le discernement oui, mais quand les enfants ont l’âge du discernement.

      Au début, quand tu leurs lis l’histoire, quand ils sont tout jeunes, ils n’ont pas encore leur sens critique développé.
      Donc je pense qu’il faut aussi ne pas tout dire … car l’inconscient a une force qu’on imagine peu 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *