plaisir dentreprendre

Vous reprendrez bien un peu de plaisir d’entreprendre ?

Doit-on automatiquement prendre du plaisir lorsque l’on entreprend ? Est-ce que l’entreprise est le saint Graal pour l’épanouissement de chacun ?
C’est la question que l’on va se poser aujourd’hui.

 

Travailler avec passion, c’est encore travailler ?

Il est dit que si notre travail devient une passion, on ne travaille plus.
Je ne suis pas totalement d’accord avec ça.

Qu’est ce qu’un travail si ce n’est l’accomplissement d’une tâche, durant un temps donné.
Si l’on prend la définition du Larousse :

Activité de l’homme appliquée à la production, à la création, à l’entretien de quelque chose

Ainsi, lorsque l’on crée son entreprise, lorsqu’on la fait vivre, nous sommes bien en train de travailler.

Par contre, nous avons sans doute moins l’impression de travailler puisque cela nous passionne.

La passion, un puissant moteur

Ne plus regarder ses heures, avancer, contre vents et marées, trouver du plaisir, même dans la difficulté.
Voilà ce que l’on peut ressentir lorsqu’on est passionné-e.

Rien ne nous arrête, et l’on peut y passer tout notre temps, sans regretter un instant toute l’énergie déployée.

Nous n’avons alors plus l’impression de travailler.

Et quand on est passionné, on prend du plaisir dans ce que l’on fait.
Tout ce que l’on fait devient une source de motivation.

Même dans les moments difficiles, la passion nous porte, et nous fait déplacer des montagnes.

La passion, un danger

De la passion jusqu’à l’addiction il n’y a qu’un pas.
Un pas que beaucoup d’entrepreneur-e-s peuvent franchir (souvent sans le remarquer).

La passion peut alors devenir une cage dorée. Elle devient une prison, qui nous dévore.
On devient addict à tout ce que l’on réalise dans l’entreprise.

Sans compter nos heures, on fatigue notre corps sans s’en rendre compte.
Sans y faire attention, notre esprit aussi se fatigue, s’épuise petit à petit.

Impossible de nous arrêter, et pourtant nous creusons alors petit à petit notre tombe : celle d’un burn-out professionnel.

Entreprendre sans passion : la solution ?

Alors que faire ? Faut-il décider d’entreprendre sans passion ?
Est-ce la solution miracle aux risques qu’encourt tout entrepreneur-e qui s’investit dans une entreprise ?

Peut-on éprouver du plaisir sans être passionné-e par son entreprise ?

La solution réside dans un équilibre entre deux piliers de l’aventure entrepreneuriale :

  • Le plaisir : du plaisir simple jusqu’à la passion,
  • Le sens : savoir pourquoi on le fait, et avoir une vision, un but plus grand que soi.

Tout est dans la mesure. 
Savoir se limiter, savoir contrôler sa passion, pour ne pas la tuer trop rapidement.

Vous savez, comme ces couples qui se consument trop rapidement, qui ne durent que quelques semaines, voire quelques heures.
(de là, à dire qu’avoir une entreprise, c’est comme être en couple, il n’y a qu’un pas que nous franchirons dans un prochain article, et une prochaine vidéo).

Gérer son temps, mettre des garde-fous

Pour éviter que le plaisir, la passion, ne nous consume, l’entrepreneur-e se doit alors de mettre des garde-fous pour se protéger de lui-même.

Pour reprendre Hobbes, qui disait : l’Homme est un loup pour l’Homme.
Je compléterai avec : l’Entrepreneur-e est un danger pour l’Entrepreneur-e.

La passion, le plaisir que nous ressentons, à chaque fois que nous avançons dans toutes les étapes de notre entreprise, nous transporte, nous transcende.
Avec des protecteurs que nous aurons établis, nous arriverons à nous canaliser, à canaliser notre énergie (débordante).

Les garde-fous

Comme dans un jeu où l’on doit toutes et tous respecter les règles pour s’amuser, il devient essentiel de fixer des règles que nous allons respecter avec nous-même.
(bien sûr, si l’on a des salariés, ces règles seront aussi là pour aider l’ensemble des collaborateurs et nous-même)

Fixer des temps pour travailler

Dans tout jeu, il existe une notion de temps. Inspirons-en nous en et fixons des limites de temps :

  • la règle des 20/80
  • la loi de Parkinson
  • la loi Carlson

Fixer une heure de fin de journée, des temps où vous ne travaillerez pas sur votre entreprise, pour vous reposer l’esprit.

Le sport

Que vous soyez sportif ou non, faire un peu de sport, une activité sportive (comme le badminton, le foot en salle, …), peut aider à se détendre, à se protéger contre notre passion dévorante.

Une fois par semaine, deux, cinq fois, à vous de trouver un rythme qui vous convienne.

La méditation, la pleine conscience

Le sport ne vous convient pas ? Personnellement, j’ai testé 5 minutes de méditation de pleine conscience par jour.
Je tente de m’y tenir au moins 3 à 5 fois par semaine.

Pas toujours simple, et pourtant, quand je le fais : quel bien fou ça me fait ! C’est fou comme 5 minutes peuvent aider à aller mieux !

Lâcher prise

Par moment, la pression prend le pas sur la passion. On se met alors une épée de Damoclès sur la tête si l’on ne réalise pas telle ou telle action.
On devient alors encore plus stressé-e …
Et on se cache alors derrière la passion, sans réelle conviction.

Et si on lâchait prise ? Si on laissait l’enfant qui est en nous s’exprimer un peu plus souvent : un peu de tarétitude ça vous dit ?

On reprend alors plaisir dans ce que l’on fait, on souffle un peu !

 

En conclusion

On peut être entrepreneur-e, dirigeant-e d’une entreprise, et ne pas être passionné-e par ce que l’on fait. Cela ne veut pas dire qu’on ne fait pas bien son travail.
Et pourtant on prendra du plaisir dans les tâches que nous réaliserons, car elles auront un sens, un but.

Mais, si l’entreprise toute entière est construite sur une passion, si l’entrepreneur-e que vous êtes, est passionné-e par ce qu’il réalise, il-elle ira plus loin.
Vous pourrez déplacer des montagnes, vous aurez toujours cette motivation que les autres pourront perdre au fil du temps.

Attention par contre à ne pas se laisser consumer par cette passion, qui pourrait alors devenir une addiction.
Tout sauf un plaisir contrôlé.

Mettre en place des garde-fous devient alors une nécessité pour aider à canaliser toute l’énergie que nous avons, nous, les entrepreneur-e-s.

 


Et vous, vous êtes un-e entrepreneur-e passionné-e ? Comment vivez-vous cette passion ? Elle ne vous dévore pas trop ?
Comment avez-vous réussi à la canaliser ?

Partager l'article
  •  
  •  
  • 1
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
    4
    Partages
  • 2
  • 1
  •  
  • 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *