Coup de gueule : Non mon enfant n’est pas timide !

Mon premier coup de gueule, dans ce blog (normal, tu vas me dire, le blog est tout jeune).  Toi aussi ça t’énerve qu’on te dise : il est timide quand même, hein !

Alors suis-moi, on va pouvoir un peu se décharger dans cet article, avec un ton volontairement plus acerbe que d’habitude.

On se lâche

Arrêtez de dire à nos enfants qu’ils sont timides, bon sang !
Est-ce que je te dis à toi que tu es bavard-e ?  Peut-être que je le devrais, tiens …

L’anecdote

Nous sommes invités, avec madame et notre enfant Choub’, chez des amis.

Ces amis, Choub’ ne les avait jamais vus.

A peine arrivé, je sens Choub’ qui me serre la main, et de plus en plus fort.

Choub’, tu veux jouer avec Yod’ ? demande mon ami.

Choub’ ne dit rien. Je sens qu’il a peur.

Et bien Choub’, ne soit pas timide, tu peux au moins répondre, non ?! questionne mon ami.

Et c’est là que j’ai commencé à sentir de la colère en moi.

C’est quoi un enfant timide ?

enfant etiquette timide

D’abord c’est quoi un enfant timide ? Pourquoi attribue-t-on cette étiquette de timidité à un enfant ?

Selon le Larousse, être timide, c’est un :

Manque d’assurance, de hardiesse dans ses rapports avec autrui

Ok, alors dès qu’on n’ose pas parler à quelqu’un que l’on ne connaît pas, et qu’on a 4 ans, on est timide ?

Et si, en fait, Choub’ avait besoin de faire une connaissance des lieux, bien observer avant de se libérer ?

Ras le bol des étiquette

Bien qu’on le fasse tout le temps, nous les adultes, je pense que c’est une très grosse erreur !

Ton enfant est étiqueté : timide, hyperactif, râleur, boudeur, …

C’est génial de commencer la vie comme ça !

Voilà Choub’ , choisis bien tes étiquettes, elles vont te coller à la peau toute ta vie. Ah .. ben non, suis-je bête, il ne les a pas choisies : on les lui a données sans lui demander ce qu’il en pensait …

Les étiquettes détruisent la confiance en soi des enfants !
Alors arrêtez de leurs en apposer … attendez qu’ils soient adultes, vous verrez s’ils réagissent pareil !

On ne naît pas timide, on le devient

Un enfant a son propre caractère. Choub’ aussi !

Et s’il n’aime pas parler au début d’une rencontre avec quelqu’un, c’est son droit le plus propre.

Au lieu de l’accuser, de le juger, en lui disant qu’il est timide, pose-toi un peu des questions !

C’est à force de dire à un enfant qu’il est timide qu’il va intégrer qu’il est … ce timide que tout le monde veut ou dit.

Et devine quoi ?! Par la suite il va même reproduire les schémas d’un timide, inconsciemment ou pas d’ailleurs, pour rester dans ce schéma de timidité.

Cette attitude fonctionne aussi quand tu traites ton enfant de maladroit ! A le répéter, il le deviendra !

Se mettre à la place de notre enfant – merci les persona

En entreprise, pour bien s’imaginer qui est notre client, on crée un persona.

Cela permet d’avoir une idée, certes stéréotypée, de nos catégories de client. Ça permet aussi de s’imaginer une vraie personne, ce qu’elle attend, ce qu’elle ressent. On devient alors plus empathique envers nos clients.

Alors, pourquoi ne pas utiliser les personna pour décrire ce qu’attend ton enfant, en décrivant qui il est, une sorte de portrait type ?

Et pourquoi cet ami ne s’est pas dit : tiens, qui est-il vraiment cet enfant ?

Pourquoi les autres disent ça à notre enfant ?

Allez, je me calme un peu, même si c’est un article coup de gueule.

Appliquons le principe des persona et de l’empathie pour comprendre cette personne à qui on a envie de tout balancer à la figure.

On respire, on se calme et on se pose cette question :
Pourquoi doit-on poser une étiquette sur un enfant, bon sang ?!

besoin organiser

Le besoin de catégoriser

Le cerveau est ainsi fait qu’il a besoin de catégoriser. Savoir qu’un objet est une pomme, que ce qui est rouge et qui nage c’est un poisson.
Dès tout petit l’enfant catégorise, et il est même un pro pour catégoriser !

Et puis, s’il n’arrive pas à catégoriser, on va lui apprendre (avec tous les jeux qu’il a sa disposition pour ça).

Et voilà, le mal est fait !

A partir de là, on va l’aider à formatter son esprit.
Le risque, il va s’enfermer dans ces catégories qu’il a créées !

Les dégâts en entreprise des étiquettes de timide

Et voilà tu es content de toi, à force de répéter que ton enfant est timide, il l’est devenu.

Et puis, même s’il veut changer, tu ne lui laisse plus le choix : c’est un timide de toute façon !

Merci pour l’adulte qu’il va devenir !
As-tu pensé une seule seconde au patron qui allait le récupérer, ton enfant ?

T’es-tu projeté un peu en te disant qu’il aura du mal à créer son entreprise lui aussi, si son étiquette de timide l’obsède autant !

Les étiquettes que l’on pose sur nos enfants, quand elles sont négatives sont un véritable poison qu’il a ingéré trop longtemps pour s’en sortir sans séquelle.

degat en entreprise

Un timide lors d’un recrutement

Lors d’un recrutement un dit timide se tire déjà une balle dans le pied pour réussir avec brio l’entretien.
Il va se sentir mal à l’aise, va bloquer, et se rappeler que c’est normal puisqu’il est timide …

Pour avoir des recrutements plus réussis, détruis cette étiquette de timide !
Allez hop, à la poubelle l’étiquette !

Un timide en entreprise

Admettons qu’il ait réussi à passer la barrière du recrutement, malgré son étiquette de timide.

Admettons … l’étiquette est, j’espère pour lui, pas trop accrochée à sa personnalité.

On nous parle de plus en plus de la créativité. Et c’est sûr, avoir des salariés créatifs c’est réellement appréciable !
L’innovation est décuplée, les synergies sont plus présentes !

Et que fait un soit-disant timide dans une équipe de créatif ? Crois-tu qu’il va réussir facilement à s’imposer, à parler, à proposer ses idées sans stresser ?

Un timide en tant que patron

Etre timide, et être patron, c’est un peu contre nature, tu ne penses pas ?!

Comment un patron timide peut-il manager ses équipes ?  Arrivera-t-il à imposer ses décisions ?

Alors au lieu d’apposer cette étiquette à cet enfant, toi l’ami, le voisin, la connaissance, la mamie, le papi, poses-toi la question : vais-je enlever en lui son envie d’entreprendre quand il sera plus vieux ?

S’en foutre, après tout !

ignorer les remarques des autres

Ignorer

Ah c’est sûr ça énerve, et il est dur de se calmer après ça.

Tu peux te dire : et bien à quoi bon, les gens sont ce qu’ils sont, et je ne peux pas les changer.

Toi, en tant que parent, tu peux te dire, ça ne m’atteint pas plus.
Car oui, il faut bien voir qu’il y a trois personnes qui sont touchés au moment où la phrase est dite :

  • ton enfant
  • toi, papa, pensant à ton enfant
  • toi, papa, pensant à l’enfant que tu étais

Expliquer

A cet ami qui a apposé l’étiquette timide sur Choub’, je lui dirai bien :

putain, mais tu fais chier avec tes étiquettes, tu fais chier à juger avant de réfléchir.

Mais non, j’ai appris aussi à travailler sur moi pour lui expliquer ce que je ressens (heureusement pour lui !). Enfin, c’est en cours de cheminement …

Alors je lui ai dit (sans le côté gnian gnian qu’on attribue parfois à la CNV) :

Je lui ai dit que ces mots, je ne les voulais plus devant mon enfant.

Je lui ai expliqué, et Choub’ était à côté, il écoutait tout, que non Choub’ n’était pas timide. Il avait besoin d’un temps d’observation et après il changeait et devenait une vraie pipelette (tiens une nouvelle étiquette …)

Aider son enfant à combattre ces étiquettes

aider son enfant protection etiquette negative timide

Quand elle vient de l’extérieur

En premier lieu, il est très important de parler des étiquettes qu’il reçoit des autres.

Parler à la personne qui appose l’étiquette sur ton enfant, en lui expliquant que tu n’es pas d’accord avec ça, et surtout lui expliquer pourquoi.

L’enfant va voir que toi tu ne crois pas en cette étiquette.

Il va voir que tu as une belle image de lui ! Et ça va l’aider à gonfler sa confiance en lui !

Puis, je t’invite à lui en parler, en privé, quand tu seras seul avec lui.
Demandes-lui ce qu’il a ressenti, ce qu’il pense de cette étiquette.

Et surtout redis-lui que toi, tu ne penses pas qu’il soit timide, que tu crois en lui.
Cherche des mots de confiance, et vois si tu peux apposer des étiquettes positives.

Quand elle vient de la maison

Lorsque les étiquettes négatives sont apposées par toi, c’est différent.
Ça fait beaucoup plus mal, surtout si c’est répété à longueur de journée …

L’enfant a une confiance aveugle envers toi, surtout durant les premières années de vie.

Après avoir été blessé par ce que tu répéteras, il l’intégrera comme partie intégrante de sa propre nature.

Pour réussir à ne pas l’apposer, il va te falloir du travail, sur toi .. beaucoup de travail pour ne plus le dire.

Apprends à transformer toutes les étiquettes négatives, que tu connais, en étiquettes positives.


Allez courage, la route sera longue ! Et tu vas y arriver !

Et toi, tu as déjà vécu cette situation ? Ton enfant a reçu l’étiquette timide ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 réponses sur “Coup de gueule : Non mon enfant n’est pas timide !”

  1. Bonjour,
    Je découvre avec une grande surprise ton article et je vais suivre ton blog. Penser au futur professionnel (et au futur tout court) d’un enfant est tellement évident et pourtant si peu de personnes se soucient de ça, penser à sa future place – peut être – en entreprise, si c’est son choix (il sera peut être patron) c’est une démarche formidable. Un enfant deviendra ceci ou cela mais ce qui est important c’est d’ouvrir à lui toute la gamme des choix possibles, y compris la capacité à s’adapter en entreprise et à y faire carrière, il fera peut être autre chose mais au moins ce sera un vrai choix, pas une façon de se rabattre sur ce qu’il peut par dépit ou pire parce qu’il n’a pas réussi à s’intégrer. Oui les étiquettes qu’on colle sur les enfants dès le plus jeune âge font des ravages, je le sais, j’ai eu mon lot et tu as bien raison le plus important c’est ce que disent, pensent et font les parents. Un enfant comprend parfaitement ce qu’on lui explique, si un parent l’encourage, le valorise et lui apprend à réagir aux “agressions” des autres (car une étiquette est une agression) il sera armé et protégé pour la vie contre celles-ci, et il sera un adulte plus fort, un travailleur plus fort plus équilibré plus heureux bien sûr. J’aime beaucoup ta démarche. Bravo

    1. Bonjour Véronique,

      Je te remercie de ces encouragements qui me touchent et me donnent une belle énergie pour continuer ! 🙂

      L’étiquette agression, j’aime beaucoup ce point de vue. Elle fait partie de ce que l’on appelle les “douces” violences, en CNV / éducation positive.

      Au plaisir
      Evan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *