plus zen avec ses enfants

Vite vite, des astuces pour rester zen avec ses enfants

Comment rester zen avec ses enfants, alors qu’ils nous crient dessus, ils ne nous écoutent pas, ils nous désobéissent ? C’est toujours le même combat, toujours la même routine : hurler, crier, pour se faire écouter, et … abandonner ? Existerait-il des astuces pour rester zen avec ses enfants ?

Quand l’avion tombe, il faut d’abord penser à soi

Avez-vous déjà pris l’avion ? Vous vous rappelez ces affiches qu’ils glissent toujours devant nous, sur le siège avant ?

Même si tout le monde ne les lit pas, j’en avais regardée une par curiosité.
Et j’ai noté un point qui m’avait dérangé au début : penser à d’abord mettre un masque pour soi, avant de le mettre à son enfant.

Au début, vraiment, ça m’a choqué comme je vous disais. Mon premier réflexe en ce temps-là aurait été de d’abord mettre le masque à mon enfant, puis à moi.

OK, mais si je manque d’oxygène comment pourrais-je avoir assez d’énergie pour le mettre à mon enfant …
Et voilà nous y sommes !

Pour rester zen avec ses enfants, il faut d’abord devenir zen, nous-même.

Exemplarité et éducation

Et puis, rappelons-nous : nous sommes les exemples de nos enfants.
Surtout les premières années, où l’enfant est très centré sur nous (ça changera bien assez tôt quand il va grandir).

Sans se mettre la pression, et surtout en ne cherchant pas à être parfait-e, apprendre à être zen envers nous même va nous aider à être zen avec nos enfants.

Petit à petit, sans forcer nos enfants, c’est toute la famille qui va être plus zen, par l’exemple.

Lâcher tout, lâcher la prise

Vite vite : je veux devenir zen. C’est la solution, oui, ça y est ! Comme ça, ça ira mieux avec mes enfants !

Être plus zen avec ses enfants, ça se décrète pas : ça se vit !

Comme tout système d’apprentissage, il y aura des hauts, et … il y aura des bas.
Et ces bas, avec l’image que l’on souhaite avoir en tant que parent (celle du-dela dieu/déesse tout-e puissant-e), va être très vite rognée, abîmée.

Oui, vous allez commettre des erreurs. Et ce n’est pas grave : c’est même bénéfique !
Alors acceptez que vous n’allez pas être parfait-e. Pas du tout même.

Des jours vous serez zen, des jours, vous serez une pile sur pattes, ou bien d’autres encore où vous serez en colère.
L’essentiel, c’est d’accepter ces différences, et toujours chercher à s’améliorer ! (je vous propose d’ailleurs tout un programme pour s’améliorer en vous accompagnant).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Le livre qui a changé ma parentalité - Les mots sont des fenêtres ou bien se sont des murs

Vous n’êtes pas à la hauteur de ce que vous aviez imaginé de vous ? Ce n’est pas grave, vous ferez mieux demain (ou après-demain).
Mais surtout expliquez-le à votre enfant : pourquoi vous avez réagi comme ça, comment s’améliorer ensemble.

Atténuer (un peu) la sur-charge mentale

Prenez un vase, et remplissez-le d’eau jusqu’à ne laisser que quelques centimètres de vide.

OK, maintenant, prenez un verre et remplissez-le à ras bord de jus d’orange.

Maintenant vous y êtes, voilà.
Prenez le verre de jus d’orange et versez-le dans le vase.

Que se passe-t-il à votre avis ? Tout se mélange ou tout déborde ?

la surcharge mentale
Les deux mon capitaine !

La surcharge mentale (c’est le vase) va vous empêcher de recevoir toutes les émotions de vos enfants (le verre de jus d’orange, bien vitaminé !).

Si la surcharge mentale nous empêche d’être plus facilement zen avec nos enfants, il faut donc trouver comment la diminuer, l’atténuer.
Élémentaire, mon cher Watson.

Voici 2 astuces pour diminuer votre charge mentale :

Astuce 1 – Optimiser votre temps, gagner du temps sur le temps

Pas le temps de tout faire aujourd’hui, ça vous met en tension. Le stress monte.
Et puis, c’est sûr maintenant, vous n’aurez pas le temps de tout faire à la maison : passer l’aspirateur, vider le lave-vaisselle, … ça va être encore la course !

Et si vous optimisiez votre temps dans la journée, pour avoir plus de temps pour vous, pour vos enfants, votre conjoint-e ?
A la clef, moins de stress, plus de sérénité !

Comment optimiser son temps, alors que notre entreprise nous prend toute notre journée (10 à 14 heures par jour même ?) ?

Entrez votre email pour lire la suite de l'article

Et recevez tout de suite le livre bonus "Les 5 astuces pour gagner du temps en famille et dans son entreprises"

envelope
envelope
angle-double-right

Astuce 2 – Équilibrer les responsabilités à la maison

Souvent, les tâches ménagères sont vues par les deux sexes comme appartenant à la femme.

Bien des hommes ont été éduqués ainsi (consciemment ou inconsciemment), bien des femmes également.
Et même quand on cherche, nous les hommes à changer les choses : certaines femmes ont tendance à avoir un réflexe de chasse-gardée :

  • on ne fait pas bien, pas comme il faut,
  • nous ne le faisons pas au moment où il faudrait (même si c’est 5 minutes avant ou après).

Nous arrivons alors à un combat, à une avalanche de reproche. Les tensions sont très fortes, bien loin de l’esprit zen que l’on souhaite avoir et ressentir.
Or, si nous sommes en tension dans le couple, on ne pourra plus être zen avec nos enfants.

Une solution ?
Et si l’on cherchait à devenir des associés, de vrais associés, comme dans une entreprise.
Astuce : Avez-vous tenté de faire un pacte d’associé entre vous deux ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment se fixer des objectifs et rester motivé-e sur le long terme ?

Des outils pour rester zen avec ses enfants

rester zen avec ses enfants

La sophrologie

La sophrologie, si vous ne connaissez pas, c’est une technique, comme le yoga, ou l’hypnose, qui existe depuis 1960.

Vous êtes anxieux-se, stressé-e, avec maux de tête, mal au ventre ?
Et si ça se trouve vos enfants aussi n’arrivent pas à dormir, à trouver le sommeil.

La sophrologie va permettre à chacun de se détendre, d’évacuer les tensions, de retrouver le calme que l’on a besoin pour se préparer à chaque journée.

Que ce soit pendant la grossesse ou à la naissance de bébé, à l’école pour aider nous enfants à surmonter toutes les épreuves qui les attendent, la sophrologie va aider nos enfants à être plus zen.

Et des enfants plus zen, ce sont des parents plus zen, n’est-ce pas ?
Presque, car si nous sommes, nous, stressés par nos journées, nous risquons d’anéantir tous les bienfaits de cette pratique.

Alors pourquoi ne pas mettre toute la famille à la sophrologie ?

La méditation en pleine conscience

Avec la sophrologie, un autre outil pour apprécier ce que l’on vit, et ne pas le juger, c’est la méditation en pleine conscience.

Très en vogue en ce moment, on trouve beaucoup d’aides sur internet pour l’appréhender.
En appliquant cet état de pleine conscience, on apprécie par exemple :

  • les petits moments où nos enfants sont là en train de jouer,
  • les échanges avec notre conjoint, nos enfants,
  • le calme d’un instant.

La pleine conscience n’est pas invasive, et même avec 5 minutes par jour, elle a un effet bénéfique quasi instantanée.

Pour la pratiquer depuis plusieurs années maintenant, 5 à 10 minutes par jour, j’y trouve mon moment de paix.
Je la pratique juste avant d’aller chercher Choub’, pour bien évacuer ma journée, me préparer à accueillir mon enfant.

Pour que cela devienne un automatisme (ce n’est pas encore gagné, quand je regarde les stats de mon application Habbit List), tentez de vous fixer une heure tous les jours, où vous allez méditer (14h00, 18h00, …). Cela m’a aidé à ne pas abandonner.

Les nouvelles méthodes d’éducation

nouvelles methodes education enfant
Photo by Danielle MacInnes on Unsplash

Vous le savez, je suis un passionné de toutes les nouvelles formes d’éducation, de pédagogie.
Depuis que j’ai découvert qu’on n’était plus obligé de donner des ordres, de taper, et de violenter ses enfants, pour les éduquer, cela a changé ma vie.

Que ce soit la parentalité ludique, la parentalité créative, la parentalité consciente, la Freinet, ou bien la Montessori, elles ont toutes le même but :

  • recentrer l’éducation autour de la personne la plus importante à éduquer : l’enfant
  • casser le pouvoir du parent dieu envers l’enfant esclave
  • apporter une ouverture à tout le vrai potentiel que l’on a toutes et tous à la naissance
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Parole d'expert - Interview de Delphine Renard

Attention au fantasme

Lorsque l’on lit les résumés, trop courts, et souvent enjolivés autour de ces nouvelles formes d’éducation, on a l’impression que tout est parfait.
On découvre des parents qui ont réussi à merveille, et qui, selon nos interprétations, sont des parents parfaits : pas de cris à la maison, pas de hurlement, pas d’erreurs.

Et oui, possible qu’ils y arrivent, mais après combien d’années ?

Un-e gymnaste qui bat le record des JO à la perche a-t-il-elle réussi d’un seul coup ? sans entraînement ?
Non, bien sûr que non : il-elle s’est entraîné-e durant de longues années, tous les jours, plusieurs heures par jour.

Pour nous les parents, c’est la même chose : pour réussir à devenir bons, à avoir moins de cris, moins de moments où tout part en cacahuète, il va falloir accepter de passer par des moments hyper durs :

  • de remise en question (quasi permanente),
  • des moments où ça ne fonctionne pas du tout, mais alors pas du tout,
  • des moments de stress intenses, de souffrance

Et le côté zen la-dedans vous allez me dire ?
Il n’y en n’a pas, ou presque pas …

Alors pourquoi je crois pourtant que ces “nouvelles” formes d’éducations sont les meilleures pour avoir des enfants zen, pour être zen avec ses enfants ?
Car je ne pense pas à court terme (et c’est pas facile, à l’heure du zapping quasi permanent, des notifications facebook, instagram, …). Je me dis que mon enfant va être plus zen quand il sera plus grand, que d’ici quelques années ça sera encore mieux, et que (j’en fais le pari avec vous), à l’adolescence, ça sera plus cool, plus calme.

Le mot de la fin

Être plus zen avec ses enfants ne doit pas être un challenge selon moi. L’état d’esprit zen n’est pas un état que l’on décrète, comme on se dit, je vais acheter le dernier iphone/samsung.
Non, cet état d’esprit se vit, et s’apprend.

C’est un chemin qui est long, qui demande d’avoir presque la foi : une foi en nous, parents (nous faisons et donnons le bien à nos enfants), et une foi en nos enfants : ils sont des être zen (ou au moins, moins énervés, plus calmes) en devenir.

Accompagnons-les dans ce beau cheminent de leur vie !

 


Et vous, quelles sont vos astuces pour être plus zen avec vos enfants ?

 

Cet article fait suite au carnaval d’article organisé par Chang du blog www.ParentaliteZen.com. Les blogueurs s’organisent et publient autour du thème “Les astuces pour rester Zen avec ses enfants”. Les lecteurs auront accès librement à la compilation sous forme d’ebook gratuit de tous les articles et des meilleurs astuces de blogueurs pour rester Zen avec ses enfants.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 commentaires sur “Vite vite, des astuces pour rester zen avec ses enfants

  1. Salut Evan,
    et merci pour cet article 🙂
    J’aime beaucoup l’image du vase presque plein et du verre de jus d’orange versé dedans. Ça résume tout quand on ne comprend pas pourquoi on se sent débordé émotionnellement 😉
    Natacha

  2. L’optimisation du temps ! On peut faire moins et mieux, on peut s’organiser, mais avant tout ça demande une réflexion sur nous même 🙂

    Si on est débordé, posons nous 5 min pour réfléchir à la situation.

    Bref, cet article contient de bonnes astuces ! Bravo. Et merci beaucoup pour ta participation, mes lecteurs seront ravi d’avoir ces conseils supplémentaires 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *